Description du projet

Insectes > Guêpe du bois ou “squatter”

Après la ponte, l’insecte remplit les cellules de larves de Chrysomèles paralysées. Les différentes cellules sont séparées par des cloisons en argile. Une dernière cloison ferme l’entrée. À la fin, pour camoufler le nid, la guêpe recouvre le bouchon d’argile avec des fibres de bois. Quand tout est terminé, les nids installés dans le bois mort sont pratiquement indétectables.

Odynerus ramenant une larve au nid

Il existe plusieurs espèces qui se ressemblent et leur détermination est parfois difficile. Si cet insecte ne représente, en soi, aucun danger pour les bâtiments, sa présence indique souvent, par contre, que des capricornes sont passés là avant lui.

Trou de capricorne cimenté par un squatter

Les propriétaires de bâtiment attribuent souvent, à tort, les déjections de sciure des Odynerus aux capricornes. La distinction est toutefois possible en observant de quelle manière la sciure est présente sur le bois.

Lorsque les grains de sciure semblent agglutinés le long de fils semblables à des fils d’araignées, il s’agit probablement d’Odynerus. En effet, ceux-ci sortent la sciure au moyen de leur bouche et un filet de salive y reste collé. Par contre, si la sciure est très fine et libre de tout fil, il est probable que se soit la manifestation d’un envol récent de capricorne ou autre xylophage. L’Odynerus n’est pas sensible aux traitements appliqués contre les capricornes et autres vrillettes car il ne se nourrit pas du bois. La guêpe du bois ou ”squatter”. On perçoit bien que les grains pendent en grappes. Ils sont agglutinés par des fils.

Sciure de capricorne évacuée par un Odynerus

Pour tout complément d’information, prendre contact avec Sani-Bois, André Overney.

Contacter Sani-Bois

Print Friendly, PDF & Email